Apple Music pousse le La avec 38 millions d’abonnés

Eddy Cue, vice-président senior d’Apple pour les logiciels et services Internet, a annoncé le nouveau décompte des abonnés du service de streaming musical lors de l’évènement South by Southwest Conference and Festivals. L’occasion aussi pour le dirigeant d’évoquer l’acquisition par Apple de Texture, un distributeur de magazines numériques.

Apple a résisté au modèle du streaming en abonnement pendant des années, jugeant ainsi protéger son application musicale iTunes, en tête des ventes de musique téléchargée sur Internet. Avec ou sans Apple, le streaming s’est imposé comme le premier mode de consommation de musique. La firme a dû s’y résoudre, avec succès grâce à sa base de plus d’un milliard d’utilisateurs actifs d’iOS.

2 milliards de clients possibles pour le streaming

Apple Music a recruté plus d’abonnés que tout autre concurrent, à l’exception du leader du marché, l’Européen Spotify. Le service annonçait récemment compter 71 millions d’abonnés et 159 millions d’utilisateurs actifs chaque mois grâce à sa version gratuite. Et pour soutenir sa croissance, Spotify prépare à présent son introduction en bourse.

Apple a fait l’impasse sur le gratuit financé par la publicité, pour proposer exclusivement du payant. La firme a soigné les dépenses marketing et les exclusivités pour convaincre les internautes de s’abonner.

Si la rivalité entre Apple et Spotify est systématiquement évoquée, les deux acteurs disposent encore d’un très conséquent potentiel de développement. Au cours de son apparition au SXSW, Cue a déclaré que le marché avoisinait les 2 milliards d’abonnés, potentiels, c’est-à-dire dotés à la fois de l’accès à Internet et des moyens financiers pour souscrire au streaming.

Or, aujourd’hui, Apple Music et Spotify cumulent à eux deux seulement un peu plus de 100 millions d’abonnés dans le monde. Une façon de souligner qu’il y avait de la place sur le marché pour au moins deux acteurs sans en passer par une préjudiciable guerre des prix ?

Plus sûrement, illustrait-il le potentiel de croissance dont bénéficie toujours Apple. Et le géant aura suffisamment à faire pour ne pas se lancer dans une coûteuse acquisition dans le secteur du streaming vidéo.

Le rachat de Netflix n’est ainsi pas d’actualité, a réfuté Eddy Cue, contredisant une rumeur. Apple entend néanmoins monter en puissance dans la vidéo afin, comme ses rivaux, de produire ses propres émissions et films.

Cue assure qu’Apple est « complètement engagé » dans ses plans, prévoyant un milliard de dollars de budget pour produire des contenus originaux. Même si Apple dispose en banque d’un montant considérable de 283,1 milliards de dollars, Cue exclut l’achat d’un géant de la production comme Netflix ou Disney. Pour le patron, la « quantité » n’est pas l’ambition d’Apple.