Une vidéo YouTube sur Impots.gouv permet à Google d’aspirer des données

Depuis une semaine, les contribuables se rendant sur le site impots.gouv.fr se retrouvaient bloqués pendant deux minutes le temps de visionner une vidéo de présentation du prélèvement à la source, qui sera mis en place en janvier 2019. Ce qui a mis en rogne les utilisateurs, en plus de la gêne subie, c’est le fait que la DGFIP – direction générale des Finances publiques – ait hébergé sa vidéo sur YouTube, offrant à Google la possibilité d’aspirer des données de navigation sur chaque utilisateur visionnant la vidéo. Et comme la lecture est automatique, tous les visiteurs du site ont pu voir ces données de navigation ainsi récupérées. De l’historique des recherches, aux horaires et durée des connexions à la plateforme, Google a aussi pu croiser ces informations avec l’identité du visiteur si celui-ci était connecté à son compte Google. Dans un communiqué, la DGFIP indique qu’« il n’y a aucun risque de confidentialité sur les données fiscales des usagers dans l’utilisation qui est faite de ces plate-formes sociales. »

Cette vidéo est temporaire. Et quelques instants d’attention pour une réforme d’envergure qui va concerner 37 M de foyers fiscaux et + de 3 M d’entreprises, c’est acceptable, surtout sur le site des impôts. De nombreux Français estiment ne pas être assez informés, dont acte.

— FinancesPubliquesFr (@dgfip_officiel) 12 avril 2018

L’administration fiscale a justifié avoir préféré YouTube à une solution interne ou française (telle que Dailymotion, par exemple) « car ce sont des plate-formes populaires, largement utilisées par un grand nombre d’internautes, qui permettent de diffuser largement une information. » S’il n’était pas possible de fermer la vidéo avant 60 secondes, celle-ci réapparaissant en outre à chaque rafraîchissement de la page, le 17 avril, il est désormais possible d’accéder au site au bout de 5 secondes et de ne plus voir apparaître cette vidéo à chaque connexion. Il n’empêche que les données des contribuables sont toujours à disposition de Google puisque la vidéo se lit automatiquement.